Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Esotérisme, symbolique - Page 2

  • Le mandala de la vulgarisation scientifique

     

    mandala caro.jpg

     

    Un mandala pour expliquer la vulgarisation scientifique: c'est l'idée qu'a eu, il y a 15 ans, Paul Caro,  Membre Correspondant de l’Académie des Sciences et Membre de l’Académie des Technologies. Ce Mandala fut publié en poster dans l'un de ses livres " La Roue des Sciences. On le retrouve sur son site dans un document word en plusieurs parties , laissant une marque visible de recollage ( on y voit les démons en grand ).

    La science est créée au centre et diffuse vers l’extérieur à travers quelques barrières (cercles) et atteint l’extérieur (la société) dans quatre directions différentes symbolisées par les quatre portes. Quelques démons surveillent, gardent et exploitent  le contenu de la production scientifique aidés de quelques dragons …

    Au travers de ce mandala-dédale, le savoir tente de parcourir des routes, celle de l'enseignement, de l'industrie, du spectacle ou de l'imaginaire. Mais les démons veillent de près : au nombre de quatre, ils attendent avides. Il y a le démon de l'abstraction, le démon du parisianisme, celui des correspondances et le démon militaire.

    Le centre dynamique et mouvant, presque inaccessible, n'est atteint qu'après s'être affranchi des démons qui surveillent les portes du savoir et les murailles qui rendent difficile son approche.

     

    La dimension poétique et pédagogique du mandala ne se laisse guère enfermer dans le discours mais on peut y voir un bon récapitulatif de la façon d'approcher la compréhension de la science des hommes.

     

    Voilà un bien beau support de méditation !

     

    PDF du mandala :mandala caro.pdf

  • Le symbolisme des nombres

    Un document ( .doc de 332 pages), j'ai juste commencé la lecture ICI

  • Encore des maths

    Avez-vous déjà vu un 1 se ballader dans la nature, un 2, un 3? Sur l'autoroute derrière une voiture, peut-être? Mais ce ne sont de simples signes calligraphiques. Où se cachent donc les nombres? Sûrement pas derrière les arbres. Vous avez sans doute cependant déjà vu un arbre et un autre arbre, vous en avez immédiatement déduit que cela faisait deux arbres. C'est plus facile lorsque les nombres sont collés au choses, associés, on les voit mieux. Mais deux 1 collés sur un arbre ne se transformeront jamais en 2, ils resteront deux 1 collés. Il faut donc prendre le verbe « coller » au sens figuré, au sens du plus intime, d'indissociable, d'inséparable. C'est, je pense, ce que veulent dire les personnes lorsqu'elles affirment que les maths ce n'est pas concret. Il est vrai que l'on n'a pas vraiment besoin ni d'arbre, ni de colle pour faire des additions, mais nous n'avons toujours trouvé aucun nombre dans la nature. Le nombre est donc une idée, une pensée de l'homme qui est tellement efficace qu'il ne s'est pas géné pour l'utiliser au maximum. Avez-vous déjà vu un cercle dans la nature, un carré? Moi jamais, mais certainement qu'un jour un homme a du attacher sa chèvre à un piquet, et l'ayant laissé quelque temps a vu se dessiner un disque au fur et à mesure qu'elle mangeait de l'herbe et pensa de même au carré ou au rectangle pour former l'enclos du troupeau. Et le prof de maths n'a aucunement besoin ni de chèvre ni d'enclos pour étudier les propriétés de ces objets de pensée. Alors pourquoi tant de difficultés à aborder le monde mathématique? Supposons, comme je l'ai lu, qu'une pensée soit une formation projective qui se créé à la frontière de la conscience du tréfond ( inconscient personnel et collectif) et de la conscience. Pourquoi les objets mathématiques sont-ils si difficiles à concevoir. En quoi font-ils fortement travailler l'inconscient? Les nombres et les formes mathématiques feraient-elles approcher des notions difficiles à supporter inconsciemment, perfection, classement, ordre, rigueur? Ou s'agirait-il de la difficile opération de dissociassion à effectuer entre les nombres et leurs supports, les formes et les objets. Pour faire des mathématiques, faudrait-il extraire une qualité d'un objet pour en concevoir un autre autonome, indépendant allant à l'encontre de la fusion initiale. Cette opération demande une lutte de la conscience qui surprotégeant l'inconscient refuse de s'en séparer, de s'en éloigner. S'agirait-il ces mouvements d'éloignement et de rapprochement que mènent en notre for intérieur conscient et inconscient qui seraient aussi à l'oeuvre lorsque l'on fait de mathématiques ? C'est peut-être aussi pourquoi elles sont source de tensions, de joies et de peines aussi intenses, qu'elles sont souvent associées à l'effort, celui qu'il faut toujours fournir pour que la conscience s'approche de l'inconscient sans peur, sans violence, sans douleur. Je peux aussi prendre conscience de la dimension collective, universelle et atemporelle de ce type de pensée, comme si ce qui s'effectuait en moi ne m'appartenait pas totalement, des objets mathématiques dépassant l'homme accouplés à mes ressentis personnels.