Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Inclass@blεs Mathématiqu€s

  • Mes lectures estivales

    Je ne sais pas si cela peut intéresser, mais je vous livre mes lectures de l'été. Les liens pointent vers Babelio.

    L'anneau de Möbius de Franck Thilliez

    Forteresse digitale de Dan Brown

    Da Vinci Code de Dan Brown

    Mr. Gwyn d'Alessandro Baricco

    Chagrin d'école de Daniel Pennac

    Comme un roman de Daniel Pennac

     

  • Pourquoi l'atmosphère du Soleil est beaucoup plus chaude que sa surface ?

    La surface solaire et son champ magnétique majoritairement « poivre et sel », en dehors des régions des grandes taches solaires, à partir des données du satellite SDO de la NASA

    © Tahar Amari / Centre de physique théorique et S. Habbal / M. Druckmüller.

     

    Comment la température de l'atmosphère du Soleil peut-elle atteindre jusqu'à un million de degrés, alors que celle de la surface de l'étoile est d'environ 6000°C ? En simulant l'évolution d'une partie de l'intérieur et de l'extérieur du Soleil, des chercheurs du Centre de physique théorique (CNRS/École polytechnique) et du laboratoire Astrophysique, instrumentation-modélisation (CNRS/CEA/Université Paris Diderot) ont identifié les mécanismes apportant l'énergie capable de chauffer l'atmosphère solaire. Une couche située sous la surface du Soleil, qui se comporte comme une casserole en ébullition, créerait un champ magnétique à petite échelle comme réserve d'énergie qui, une fois sorti de l'étoile, chaufferait les couches successives de l'atmosphère solaire via des réseaux de racines et de branches magnétiques1, telle une mangrove. Ce chauffage de l'atmosphère, impliqué dans la création du vent solaire qui remplit l'héliosphère, concernerait de nombreuses autres étoiles. Ce résultat parait dans la revue Nature du 11 juin 2015.

     

    Lire la suite

  • Alexandre Grothendieck - Itinéraire d'un mathématicien hors normes par Georges Bringuier

    Je viens de terminer ce livre. Il est passionnant.

    Ce livre c'est le récit d'une de ces vies, qui, des bonheurs et des fractures de l'enfance, dessinent le chemin de la passion, du génie et des convictions inaliénables. Sans concession. Il n'est pas question ici de décrire les mathématiques de Grothendieck, hors de portée, même de bon nombre d'experts, mais d'approcher une vie humaine dont le sang qui l'irrigue est fait de mathématiques, de réflexions profondes  et de mysticisme. Le livre raconte  cette vie, unique et mais aussi universelle, qui  prit racine et s'est développée au milieu  d'un monde considéré comme violent, bancal, voir irrécupérable. Un monde que le mathématicien tente de redresser mais qui résiste à ses vœux de droiture, de désarmement et de modération. Cette incapacité éloignera définitivement Grothendieck de la compagnie des hommes. Il trouvera la voie des songes et de la méditation solitaire.

    La première partie du livre parcourt la biographie du mathématicien. La seconde partie, thématique, nous porte jusqu'à son mysticisme onirique chrétien.

    Voici la présentation de l'auteur du livre, Georges Bringuier, inspecteur de l'éducation nationale:

    En ce jour de novembre 2014, la petite lueur qui brillait nuit et jour dans l'entrée d'une demeure d'un village isolé de l'Ariège s'est éteinte à jamais. Alexandre Grothendieck vient de rendre son dernier souffle à l'âge de 86 ans. Son nom est peu connu du grand public, pourtant ce fut l'un des plus grands génies des mathématiques du XXe siècle. Ses pairs le situaient au niveau d'Albert Einstein et le considéraient parfois comme l'un des plus grands mathématiciens depuis Euclide.
    Fils d'un anarchiste russe, qui a réussi l'exploit d'être condamné par le Tsar puis par Lénine, et d'une journaliste pasionaria allemande, il fondera l'écologie radicale. La médaille Fields lui sera attribuée en 1966.
    Alexandre Grothendieck, fut un homme de conviction, pacifiste, antimilitariste et anarchiste.
    Comment, pourquoi, un tel génie a-t-il procédé, par étapes successives, à son « enterrement » en se coupant toujours plus du monde des vivants ?

    Découvrez quelques extraits du livre:

     

    Lire la suite

  • Paradoxe et hasard

    Les paradoxes sont courants en mathématiques, et plus particulièrement à l'intersection de la logique et des probabilités. Trois chercheurs, dont une mathématicienne de l'institut Weizmann (Israël) se sont ainsi récemment intéressés à un jeu simple et célèbre, mais pourtant d'une complexité mathématique redoutable : trouver la stratégie optimale lors du tirage d'une pièce par deux joueurs.

    Lire la suite

  • 15% du PIB et 9% des emplois en France impactés par la recherche en mathématiques

    15% du PIB national, ainsi que 9% des emplois en France, sont impactés par la recherche en mathématiques. Ces deux chiffres éloquents, calculés pour la première fois, sont extraits de « l’Etude de l’impact socio-économique des Mathématiques en France » publiée ce mercredi 27 mai 2015 par l’Agence pour les mathématiques en interaction avec l'entreprise et la société (Amies), en partenariat avec la Fondation Sciences Mathématiques de Paris (FSMP) et la Fondation Mathématique Jacques Hadamard (FMJH)*. Ces deux chiffres soulignent la qualité de la recherche mathématique française, mondialement reconnue, et sa place prépondérante dans l’économie du pays.

     

    L'étude complète : http://www.agence-maths-entreprises.fr/a/eisem