Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Recherche

  • Et si le soleil disparaissait - Les ondes gravitationnelles - Finale de ma thèse en 180 s

    Grégoire Mariton est finaliste du concours "Ma thèse en 180 secondes". Voici sa vidéo et les liens des autres finalistes.

    Toutes les infos sur : http://mt180.fr/

    Les 27 candidats nationaux :

    Océane ACQUIER, Écritures, signes graphiques et paroles dans les peintures murales des lieux de culte du sud de l'arc alpin du XIVème au XVIème siècle (Provence orientale, Ligurie, Piémont), Finaliste Université Côte d'Azur,
    https://youtu.be/3WQ9W0XuQ8Y
    Coralie AVENEL, Durabilité des miroirs pour le CSP (Concentrating Solar Power) : étude des modes de vieillissement, Finaliste Université Clermont Auvergne et Associés,
    https://youtu.be/iOZKu1YWu6A
    Carole BASTIANELLI, Changements globaux et dynamiques forestières des pessières du Québec au cours des 8000 dernières années, Finaliste Paris Sciences et Lettres,
    https://youtu.be/52jVVJ2eu6c
    Clémentine BIDAUD, Microstructuration d'un matériau magnéto-optique pour la fabrication d'un isolateur optique, Finaliste Université de Strasbourg,
    https://youtu.be/_IENkiLd6Y0
    Alexandre BOURLES, Bactéries à activités PGPR et champignons mycorhiziens à arbuscule de maquis miniers de la Nouvelle-Calédonie : interactions et rôle dans l'adaptation des plantes à la contrainte édaphique et développement d'inoculas utilisables pour la restauration des sites dégradés, Finaliste Université de la Nouvelle-Calédonie,
    https://youtu.be/P6w5r3ny3_I
    Olivier CHABROL, Méthodes informatiques de détection de signatures moléculaires de convergence évolutive, Finaliste Aix-Marseille Université,
    https://youtu.be/W-2dfIo8yUU
    Marius COLIN, Évaluation de l'activité microbienne de surfaces en alliages de cuivre dans les établissements de santé, Finaliste Université de Champagne,
    https://youtu.be/F7GNtwKxbUk
    Davina DESPLAN, Caractérisation mécaniques et électriques de produits cosmétiques et de leur stabilité, lien avec des modifications chimiques ou des contaminations biologiques, Finaliste Université Paris Seine,
    https://youtu.be/Grmwv4ye2i4
    Sabrina FADLOUN, Étude d'un procédé de dépôt de cuivre par MOCVD pour la réalisation de vias traversants à fort facteur de forme pour l'intégration 3D, Finaliste Communauté Université Grenoble Alpes,
    https://youtu.be/-i_3ALztV4s
    Camille FRITZELL, Séro-épidémiologie des arboviroses prioritaires  en Guyane, Finaliste Université de Guyane,
    https://youtu.be/ffhFXXdvW3M
    Virginie GROSDEMOUGE, Evaluation et retour d'expérience d'un éco-quartier en usage en milieu tropical : le cas du quartier de Ravine Blanche à l'Ile de La Réunion, Finaliste Université de la Réunion,
    https://youtu.be/6l2_-5CboYk 
    Marie-Claudine HAUMONT-SAUTEREAU, Plaisir et souffrance au travail et risques de burn out : Etude clinique et analyse différentielle entre hommes et femmes menées auprès de dirigeants de PME, Finaliste Université de Lorraine,
    https://youtu.be/eqQupMlJ-rU
    Marie HECHELSKI, Intérêt d'un amendement phosphaté sur des sols fortement contaminés par des éléments métalliques en vue d'élaborer à partir de biomasses végétales des catalyseurs hétérogènes supportés utilisables en synthèses organiques, Finaliste Hauts-de-France,
    https://youtu.be/hzNeKb3C3H8
    Camille JACQUELINE, Communautés d'agents pathogènes et incidence de cancer : le rôle de l'écologie du système immunitaire, Finaliste Languedoc-Roussillon Universités,
    https://youtu.be/HCRb308MXb8
    Paul LAFAYE, Développement d'outils de modélisation thermodynamique pour la prédiction de l'état métallurgique d'alliages à base de zirconium, Finaliste Université Paris-Est,
    https://youtu.be/MqRNMNZ_erk?
    Justine LOBBÉ, Conception de l'usage en situation de co-créativité pour une conception de produits pour tous, Finaliste Université Bourgogne Franche-Comté,
    https://youtu.be/s3TzNQXmcoY
    Pierre LOISON, Développement d'un revêtement fonctionnel anticorrosion pour applications aérospatiales, Finaliste Université confédérale Léonard de Vinci,
    https://youtu.be/QmhJ_bBZiuE
    Jean-Jacques MACHURET, Les facteurs de la performance commerciale en formation professionnelle, Le cas du Néo Formateur Consultant (NFC), Finaliste HeSam Université
    https://youtu.be/GLjMXNT3Fbs
    Jérémy MARCHAND, La combinaison de la prise d'empreinte par résonance magnétique nucléaire et spectrométrie de masse pour la caractérisation fine des profils lipidiques, Finaliste Université Bretagne Loire,
    https://youtu.be/IZu4qgLg3Xs
    Grégoire MARTINON, Systèmes gravitationnels en espace-temps asymptotiquement anti-de Sitter, Finaliste Université Sorbonne Paris Cité,
    https://youtu.be/8O-EYG1klFc
    Lauréanne PARIZOT, Étude de la cavitation par impact mécanique et par ultrasons pour la dégradation de composés organiques, Finaliste Sorbonne Universités,
    https://youtu.be/xZz_ycXNSzY
    Kelly PASQUON, Les activités climatiques saisonnières sur Mars et leurs impacts sur la morphologie, Finaliste Université Paris-Saclay,
    https://youtu.be/H8BjM2kHwJI
    Valentin PESTEL, Recherche d'oscillation de neutrinos vers des saveurs au-delà du modèle standard : Calibration et Analyse de l'expérience SoLid auprès du réacteur BR2@SCK-CEN, Finaliste Normandie Université,
    https://youtu.be/DGrBgVRZ3yU
    Ariane PEYRET, Capsules polymères compartimentées : vers un biomimétisme cellulaire fonctionnel, Finaliste Universités d'Aquitaine,
    https://youtu.be/LO45s-Oj1X0
    Adama SIDIKI DIOURTE, Le marché des études en France. Rapports entre commande et mise en œuvre d'une méthode d'analyse des faits sociaux, Finaliste Université Paris Lumières,
    https://youtu.be/fmEZMQpjd8c
    Thibaut SOUILLIART, Usure des tubes GV générée par des impacts répétés contre les supports à jeu, Finaliste Université de Lyon,
    https://youtu.be/f9yYuxXUo04
    Sophie YVON, Etude des propriétés anti-inflammatoires d'une matrice alimentaire riche en peptides antimicrobiens sur deux modèles de pathologies digestives en vue de l'élaboration d'un produit alimentaire, Finaliste Université Toulouse Midi-Pyrénées,
    https://youtu.be/sKzSU0DIT3E

     

     

  • Claire Voisin, médaile d'or du CNRS

    Claire_Voisin.jpgDemain, le 14 décembre 2016 à la Sorbonne (Paris), Claire Voisin se verra remettre la médaille d’or 2016 du CNRS, la plus haute distinction scientifique française.

    Découvrez son portrait sur : https://lejournal.cnrs.fr/articles/claire-voisin-la-conquete-de-lalgebrique

     

    « Moi ce que j’adore, c’est quand mon cerveau se met à fonctionner tout seul » raconte notamment cette mathématicienne hors pair dans une vidéo au cours de laquelle elle relate son parcours et sa vision des mathématiques.

  • Les physiciens ont toujours peur des maths!

     

     

     

    Les physiciens évitent les travaux très mathématiques malgré une bonne formation en mathématiques de haut niveau.

    C'est ce que suggère une étude récente publiée dans le New Journal of Physics . Elle montre que les physiciens accordent moins d'attention aux théories remplies de détails mathématiques. Cela donne à penser qu'il existe des obstacles réels et généralisés pour communiquer un travail à fort contenu mathématique, et que ce n'est pas en raison d'une mauvaise formation en mathématiques , ni parce qu'il y a une stigmatisation sociale de bien faire en mathématiques.

    Tim Fawcett et Andrew Higginson, de l'Université d'Exeter, ont trouvé, en utilisant une analyse statistique du nombre de citations de 2000 articles dans une revue de physique de premier ordre, que les articles contenant beaucoup d'équations sont moins susceptibles d'être référencés par d' autres physiciens.

    Higginson a déclaré: «Nous avons déjà montré que les biologistes sont rebutés par les équations, mais nous avons été surpris par ces résultats, car les physiciens sont généralement qualifiés en mathématiques.

    "Cette question est importante car elle montre qu'il pourrait y avoir une déconnexion entre la théorie mathématique et travail expérimental. Cela représente un énorme obstacle potentiel à toutes sortes de progrès scientifiques."

    Les résultats de la recherche suggèrent que l'amélioration de la formation des diplômés en sciences n'aidera pas, parce que les étudiants de physique reçoivent déjà une formation approfondie en mathématiques. Au lieu de cela, les chercheurs pensent que la solution réside dans une communication plus claire des travaux très technique. il semble nécessaire de prendre le temps de décrire le contenu des équations publiées.

    Fawcett a déclaré:. "Les physiciens doivent réfléchir plus attentivement à la façon dont ils présentent les détails mathématiques de leurs travaux pour expliquer la théorie de façon à ce que leurs collègues la comprenne rapidement.  Les chercheurs peuvent choisir de "zapper" les articles qui prennent trop d'efforts à digérer ».

    "Idéalement, l'impact du travail scientifique devrait être déterminée par sa valeur scientifique, et non par le style de présentation», a déclaré Higginson.

    "Malheureusement, il semble que les papiers de valeur peuvent être ignorés si ilss ne sont pas accessibles.

    Comme nous l'avons déjà dit:. Tous les scientifiques qui se soucient du dialogue entre la théorie et l'expérience devrait prendre cette question au sérieux, plutôt que de prétendre qu'elle ne se pose pas."

     

    Source: http://phys.org/news/2016-11-physicists-mathematics.html

  • Les trois gagnants 2016 de "Ma thèse en 180 secondes"

     

     

     

    Le rappel de la présentation de Perrine Berment en mathématiques:

     

  • L’ingénierie génétique qui suit les lois de l’électricité

    Le Laboratoire des Systèmes Complexes de l’Université Pompeu Fabra (Barcelone) a développé et validé expérimentalement un modèle mathématique prédisant la charge supplémentaire de travail provoquée par l’expression génétique d’un gène lors de son introduction au sein d’un organisme. De façon surprenante, la formule mathématique obtenue est équivalente à la loi d’Ohm, qui détermine la tension d’un circuit électrique.

    Peut-on prédire le comportement d’un organisme vivant par l’état de ses gènes et de ses protéines de la même manière qui nous prédisons celui d’une machine par ses composants ? Cette interrogation est considérée comme fondamentale pour de nombreux experts de la biologie synthétique, discipline consistant à utiliser les techniques d’ingénierie pour concevoir de nouveaux organismes génétiquement modifiés. Les scientifiques du Laboratoire des Systèmes Complexes du Département des Sciences Expérimentales et de la Santé de Barcelone (DCEXS) ont développé un modèle mathématique prédisant l’expression génétique d’un organisme, se rapprochant de manière surprenante des lois régissant les circuits électriques, et loin de suivre une logique qui s’appuierait sur les particularités de la biologie.

     

    ohm_cle8114a1.jpg

    L’équipe du Laboratoire des Systèmes Complexes du Département des Sciences Expérimentales et de la Santé de Barcelone (DCEXS) / Université Pompeu Fabra

    L’ingénierie génétique, une réalité

    La biologie synthétique vise à améliorer les fonctions des organismes en leur attribuant des capacités à l’origine inexistantes. Elle est utilisée notamment dans le cadre de projets comme la lutte contre le paludisme ou la génération de nouvelles sources d’énergie d’origine biologique. Ces changements dans l’organisme sont rendus possibles grâce à l’ingénierie génétique, qui permet l’ajout de gènes provenant d’autres espèces au sein d’un organisme. La biologie synthétique, elle, cherche à introduire non seulement de nouveaux gènes mais également les instructions nécessaires qui déterminent si le corps doit ou ne doit pas remplir une fonction en particulier.
    Cependant, l’introduction d’un gène dans l’ADN d’une cellule génère un stress cellulaire, provoquant une charge supplémentaire pour l’expression génétique de la cellule et affectant son métabolisme. Cette charge rend impossible la prédiction du comportement d’un circuit génétique entier via une simple caractérisation individuelle des gènes le composant, et représente une des principales limitations de la biologie synthétique.
    L’expression génétique d’une cellule dépend des ressources dont elle dispose, de sorte que si la demande d’expression génétique augmente (ce qui est le cas lors de l’ajout d’un nouveau gène) et les ressources cellulaires restent constantes, le résultat final de l’expression sera altéré. De la même manière que la lumière d’une ampoule peut varier lors de la connexion d’un appareil électrique d’une certaine puissance (un radiateur par exemple), l’ajout d’un gène peut affecter l’expression d’un autre au sein d’un organisme vivant.

    Lire la suite