Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Champion des maths

    Le site champion-des-maths.fr propose aux collégiens et lycéens des compétitions de mathématiques en ligne chaque mercredi à 19H45 . A 20H00, c'est avec leurs parents et grands-parents que les élèves pourront plancher sur « l'épreuve des familles » ! Toutes ses compétitions sont entièrement gratuites , elles donnent lieu à des classements et il est offert chaque fin de mois des livres aux deux participants ayant obtenu le plus de points dans le mois.

    ecrancdm.png

     

  • Le réchauffement climatique va réduire les populations de mangeurs de plantes

    Selon une biologiste de l'université de Colombie-Britannique à Vancouver (UBC), l'augmentation des températures va induire une diminution de la plupart des populations d'herbivores, incluant les poissons mangeurs de plantes.

    Cette prédiction est le résultat de la mise à jour de modèles mathématiques qui intègrent les effets biologiques fondamentaux de la température sur la manière dont les plantes et les herbivores interagissent. Comme prévu, la hausse des températures augmente le métabolisme (c'est-à-dire la conversion des ressources en énergie) à la fois des plantes et des animaux, l'effet sur ces derniers est alors le plus important. Les plantes, elles, ne suivent pas le rythme de régénération imposé par l'augmentation de l'appétit des animaux, ce qui explique leur déclin. "Les herbivores vont avoir besoin de plus de nourriture que les plantes, et cela uniquement à cause de l'augmentation des températures", dit Mary O'Connor, maître de conférences en zoologie, et co-auteur de l'article publié récemment dans American Naturalist. "Le système est limité par la rapidité de croissance des plantes".

    O'Connor prédit qu'une augmentation de température de 3°C, qui est attendue dans plusieurs endroits du globe, pourrait entraîner un déclin de 10% de la population des herbivores. Dans les océans tropicaux, cela signifierait probablement une diminution des poissons mangeurs de plantes et des crustacés. L'effet dans les zones plus froides, comme par exemple le Pacifique Nord, serait moins important car on pense que le réchauffement devrait augmenter les nutriments dans ce type d'eaux, ceci permettant de compenser l'augmentation de l'appétit animal.

    O'Connor, membre du Centre de Recherche sur la Biodiversité de UBC, précise que cette découverte pourrait être également appliquée à des écosystèmes terrestres, mais que les implications sont beaucoup plus difficiles à prédire car l'environnement thermique y est plus complexe. O'Connor cherche maintenant un point commun à toutes les espèces étudiées. "Ce que nous suggérons, c'est que nous pouvons nous attendre à un déclin en masse des herbivores, même si la population de certaines espèces pourrait augmenter et d'autres diminuer. Avec cette approche en tête, nous devrions obtenir une image plus précise de ce qui est susceptible de se passer".

    http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/68020.htm

  • Les robots écrivent de mieux en mieux... enfin aussi mal que les humains !

    Des robots capables de produire des séries de mouvements fluides

    http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/67970.htm

    La plupart des mouvements humains sont constitués d'une multitude d'actions simples liées automatiquement les unes aux autres. A l'inverse, les robots peuvent jusqu'à présent réaliser uniquement des séries de gestes indépendants, les uns à la suite des autres. L'équipe de chercheurs autour de Florentin Wörgötter, coordinateur du Centre Bernstein en neurosciences de Göttingen (Basse-Saxe) à l'Université de Göttingen, a développé une méthode permettant aux robots de lier dynamiquement les mouvements les uns aux autres [1]. En cela, ces robots se rapprochent du modèle biologique humain, et peuvent par exemple reproduire des écritures cursives de manière complètement fluide.

    Pour cela, les chercheurs ont modifié quelques détails décisifs dans les bases mathématiques des contrôles de commande. Cette méthode mathématique est transposable à une multitude de séries d'action, et permet de produire des mouvements particulièrement souples. "Dans 15 ans, les robots de service joueront un grand rôle. Il est alors important que les mouvements des machines s'approchent de plus en plus de ceux des humains, afin de pouvoir les anticiper et ainsi pouvoir travailler avec les robots sans soucis d'accidents", explique Florentin Wörgötter.

    Le Centre Bernstein en neurosciences de Göttingen fait partie du réseau national Bernstein en neuroscience computationnelle (NNCN) [2]. Le NNCN a été fondé par le Ministère fédéral de l'enseignement et de la recherche (BMBF) avec l'objectif de lier et de développer les capacités dans le domaine de la nouvelle discipline scientifique de neuroscience computationnelle.

     

  • Fin du concours et le gagnant est...

    En partenariat avec les éditions Flammarion, les Inclassables Mathématiques ont organisé un petit concours permettant de gagner un livre.

    Un grand merci à tous les participants et en particulier à Bertrand Hauchecorne qui a augmenté sa réponse de l'anecdote suivante:

    Le mathématicien John Von Neumann avait répondu 60 km.
    Vous avez trouvé l'astuce ? lui demanda son interlocuteur
    L'astuce, quelle astuce ? J'ai trouvé les termes d'une série convergente, je l'ai sommé et j'ai trouvé 60 km.

    La réponse à l'énigme tirée du livre, était 60 km puisqu'il reste une heure avant que les deux trains se rejoignent, et la mouche volant à 60 km/h réalisera cette distance quelque soit le sens de son parcours (en supposant qu'elle fasse demi-tour instantanément...).

    Il y a eu (seulement) 17 bonnes réponses et le gagnant est le plus pessimiste d'entre eux puisqu'il a répondu qu'il n'y aurait que 2 bonnes réponses et qui est en fait le plus près. Il s'agit de Michel. Encore bravo et peut-être à bientôt pour un nouveau concours.