Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Outils web - Page 5

  • L'univers numérique d'un prof de maths +1

    C'est la 7ème édition de ce billet! Une année cruciale paraitrait-il dans les mariages.

    Pour remonter le temps des laborieux usages numériques et autres expérimentations d'un prof de maths lambda ou presque, c'est ICI.


    Samsung Introduces GALAXY S III mini, a compact yet powerful smartphone

    On va commencer par le smartphone, un Galaxy S3. J'en parlais l'année passée mais je n'avais que peu de recul. Après un an d'utilisation, je dresse un premier bilan pédagogico-didactico-personnel.

    J'utilise tous les jours ma boite Gmail vers laquelle convergent toutes mes autres boites mail, y compris la boite mail académique.

    J'utilise énormément CamScanner, pour créer des PDF à partir de différentes sources et les partager. Voir ICI.

    J'utilise aussi beaucoup DropBox et GoogleDrive (entre autres) pour consulter les fichiers et aussi les partager.

    Mon agenda est synchronisé avec l'agenda Google de l'établissement. C'est très pratique!

    J'utilise toujours Edmodo, pour partager des documents, des liens, assurer un suivi didactique et pédagogique personnalisé et récupérer des documents numériques. Ce réseau a de plus été de toute première importance dans la réalisation du blog collaboratif sur Poincaré par tous mes élèves de première et de terminale. Ce blog constitue une production TICE complexe.

    J'ai tenté "Le livre numérique" Amazon. Si j'ai été séduit par la possibilité de créer une bibliothèque de signets et de citations, je l'ai moins été par l'application qui ne fonctionne plus sur mon ordianateur et par une difficile, pour ne pas dire impossible synchronisation entre les différents supports.

    J'ai remplacé Diigo par Evernote, tout simplement parce que l'application Diigo pour Smartphone n'est pas bien conçue alors qu'Evernote est une vraie merveille. J'épingle les liens sur l'ordinateur et je créé les notes vocales et photos à partir du smartphone.

    A noter aussi: la migration de mon Google reader vers Feedly et son application androïd.


    Lenovo x220t&x220 (1024x740) (2)


    Mon utilisation de l'ordinateur en pédagogie frontale n'a pas tellement évolué. Je me suis juste centré sur l'essentiel, en effectuant au passage un épurement de mes présentations (principalement des fichiers Geogebra).

    J'ai pas mal fait utiliser l'ordinateur par les élèves (de première S car les conditions matérielles en terminale étaient plus délicates l'année passée), mais au vu du sujet de bac, il semble qu'une approche "papier" de l'algorithmique et des méthodes numériques soit à privilégier par rapport à des approches plus expérimentales. La présence d'un algorithme "de référence" laisse à penser à la nécessité de réaliser une approche de l'algorithmique par méthodes numériques. En effet comme toute méthode numérique technique, la dichotomie doit être préalablement enseignée pour être comprise par l'élève, ainsi donc en choisissant une méthode numérique particulière, l'enseignement de l'algorithmique en lycée semble devoir converger vers celui des méthodes numériques. ce n'est pas ce que j'avais compris initialement.

    Indépendamment de cette remarque, les élèves m'ont rendu de nombreux fichiers numériques cette année, fichiers Excel et Word (ou Libre Office), algorithmes, fichiers GeoGebra, par l'intermédiaire d'Edmodo.

    J'ai créé des enquêtes en ligne à destination afin de dresser un bilan annuel du cours et me permettre d'infléchir quelques unes de mes pratiques. On trouvera dans ce billet, la description de ce que j'ai réalisé et de mon projet pour l'année prochaine, en particulier sur l'auto-évaluation en ligne et l'utilisation d'Edmodo comme outil de diffférenciation. Je pense que ma réécriture des devoirs en temps libre faisant appel à de nombreuses compétences TICE va encore s'appuyer Edmodo.

    Je pense que je vais travailler un peu le concept de "Flipped classrooms" dans le domaine de l'algorithmique. Recherche et préparation de l'algorithme en amont, finalisation, questions et approfondissement en classe puis récupération de la production sur Edmodo.

    Cette année j'ai réalisé des cours PDF pour les terminales. Ils sont très proches de mon avancée en classe et ne contiennent aucune démonstration. Celles-ci sont faites en classe et peuvent être recopiées sur le support papier.

    Je me suis longuement posé la question de la reconduction du projet "blog collaboratif" (ICI) et j'ai basculé vers l'arrêt du projet. Il y a plusieurs raisons à cela:

    Je voulais d'une part savoir s'il était possible de se lancer dans une production numérique de masse (3 classes) avec une très faible intervention de ma part. La réussite du projet m'a permis de répondre par l'affirmative.

    Je voulais savoir s'il était possible de mettre en contact directement les lycéens avec des experts par l'intermédiaire d'une prodution et d'un support numérique. La réponse  est oui mais cela m'a demandé d'intervenir pour engager le contact. De plus les experts se divisent en deux groupes, ceux qui sont sensibles à l'initiative qu'ils jugent très positivement et les autres au contenu qu'ils jugent parfois trop approximatif. On retrouve aussi deux groupes quasiment égaux chez les élèves entre ceux qui souhaiteraient voir le projet se poursuivre et les autres. Ces deux lignes de fracture m'ont interpellé.

    Ce projet qui lie communication et la science n'est pas aligné avec les contenus officiels, ce qui demande un traitement "entre deux portes" qui me déplait.

    Je souhaite poursuivre l'année prochaine, l'expérimentation des TICE principalement sous son versan "communicationnel" de façon plus interne à la résolution de problèmes mathématiques et je ne peux pas courir deux lièvres à la fois.

    Pendant quelques années je me suis préoccupé d'enseigner les stratégies d'apprentissage en même temps que les contenus, mais avec le recul il semble que cette pratique soit parfois ressentie comme stigmatisante par certains élèves (car rendue publique) sur lesquels j'interviens plus fréquemment. Je décide donc, à partir de l'année prochaine, de renvoyer l'essentiel de cette approche en "back office", là encore sur Edmodo et à la demande de l'élève. Ce changement de position a été à l'origine de cette réflexion sur les réseaux personnels.

    Enfin, je n'ai pas poursuivi la réalisation de vidéos car le temps de réalisation est beaucoup trop important. C'est une activité de plein temps que je ne peut pas assurer sur le long terme.


    Conclusion
    pour
    conclure...


    La date de création de ce blog constitue un bon indicateur du début de ma recherche sur l'utilisation des TICE à des fins pédagogiques et didactiques, particulièrement en mathématiques et qui ne se limite pas une utilisation "logiciel". Je me suis décalé des contenus d'enseignement pour trouver des espaces d'usage, de création. J'ai trouvé sur le chemin deux montagnes importantes: les stratégies d'apprentissage et la communication. Je ne les ai pas contournées. Je me suis décalé pour trouver des espaces didactiques, pédagogiques et numériques.

    Il me semble qu'aujourd'hui cette phase de déports soit terminée.

    Le début (il y a 7 ans !) de ma recherche d'insertion des TICE dans mes pratiques quotidiennes d'enseignement a donc suivi plusieurs composantes simultanément:

    une composante exploratoire, car le domaine nouveau est globalement inconnu.

    une composante créative car il faut imaginer le "différent" et le mettre en oeuvre concrètement.

    une position déportée car il faut créer des espaces de "jeu", de liberté, dans lequel on doit réaliser l'insertion.

    Ces différentes composantes induisent nécessairement un déséquilibre (c'est souvent trop ou trop peu...).

    Je pense qu'aujourd'hui je suis en mesure de marcher (et pouquoi pas courir), en équilibrant naturellement le processus, avec une dépense d'énergie "minimale", sans trop de dissipation ni de dispersion.

    Comme on dirait au tennis, je joue plus compact, plus groupé!

     

    Mario-Tennis-Open_370px.jpg

    (c) Les Numériques











     

     

     

     

  • Un nouveau "plus grand nombre premier" vient d'être découvert

    Le 25 janvier 2013 dans le cadre du projet GIMPS, le plus grand nombre premier connu à ce jour vient d'être découvert. Il comporte 17 425 170 chiffres, soit environ 4000 pages en format A4. Pour info le précédent n'en possédait que "12" millions.

    Notons que ces nombres ne sont pas nécessairement découverts par ordre croissant, c'est à dire qu'il peut exister d'autres nombres premiers avant celui-ci qui n'ont pas été découverts. En effet, GIMPs est un projet collaboratif utilisant la puissance partagée d'ordinateurs domestiques effectuant des calculs en parallèle. La recherche des nombres premiers de Mersenne ne se fait donc pas linéairement.

     

    Il s'agit du nombre de Mersenne suivant:

     

    gimps, nombre premier, mersenne

     

     Voir cet article.