Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésies

  • Accidents de route

    Signalétique inachevée de notre humanité balbutiante
    Tu danses autour de la honte inavouée de tes désirs absurdes
    La lampe aujourd’hui s’est étreinte sous le péché, la nuée ardente
    Pales peaux rougies, qui tournent, qui tournent, au rythme kurde

    Trajectoire insalubre dans la jungle mortifère des animaux blessés
    Le rouge argent des blasons embrasés tient fort à l’amarante
    Coule le sang, comme toujours, au flot des étendards dressés
    En posture les impuissants se figent. Dignité de leur rente

    Horreur locale d’un immonde fatras de corps devenus emmêlés
    Aussi devenu rare, l’air de la vie se putréfia dans l’ouragan mortel
    Des fantômes glacials aux serres acérées par les peuples écervelés
    Les amas de cris résonnent encore du fond de l’antre de Babel

    La belle amarante sous la roue ne fut pas toute écrasée
    Du phénix et de l’hydre, lancés au galop contre Sol Invictus
    Les chaos combats n’ont pas fini d’être à cette vie la panacée
    Ommeyades, Ottomans, et puis la Prusse. Sancti et spiritus

    Aujourd’hui c’est permis, rien n’est permis
    Interdiction. Chloé, Lola et Ahmed
    John, Sarah, Paola et Rémi
    Tous. Plus aucun. Horrible it’s afraid

    Allo, halo, ados lancés à l’ère numérique
    Sales offrandes et soif de propagande
    Sans beaucoup d’âme et terriblement médiatique,
    Qu’on s’y rende, où ça ? Le Cham est devenu légende

    Et puis il y a tout le reste, sans l’émotion
    Pas cathodique ni très catholique
    Tous ces milliards sans les millions
    L’absurdité devient rhétorique

    Alors durant la route
    Au volant, je me suis endormi
    Pour moi, plus aucun doute
    C’est bel et bien fini

    Allal, Chalom et Amen
    Sur le trajet, belle Liberté
    Tu fus ma Reine
    Ma si précieuse éternité

    Pour un mort.
    On doute
    La nuit...
    J'écoute : -Tout fuit,

  • La grande énigme

    Villes miroitantes:

    tons, légendes, mathématiques -

    Bien que différentes.

     

    Tomas Tranströmer
    Prix Nobel de littérature 2011

    La Grande Enigme
    Le Castor Astral

  • Le Gâs qu'a mal tourné

    Dans les temps qu'j'allais à l'école,
    - Oùsqu'on m'vouèyait jamés bieaucoup, -
    Je n'voulais pâs en fout'e un coup ;
    J'm'en sauvais fér' des caberioles,
    Dénicher les nids des bissons,
    Sublailler, en becquant des mûres
    Qui m'barbouillin tout'la figure,
    Au yeu d'aller apprend' mes l'çons ;
    C'qui fait qu'un jour qu'j'étais en classe,
    (Tombait d' l'ieau, j'pouvions pâs m'prom'ner !)
    L'mét'e i'm'dit, en s'levant d' sa place :
    "Toué !... t'en vienras à mal tourner !"

    Il avait ben raison nout' mét'e,
    C't'houmm'-là, i'd'vait m'counnét' par coeur !
    J'ai trop voulu fére à ma tête
    Et ça m'a point porté bounheur ;
    J'ai trop aimé voulouér ét' lib'e
    Coumm' du temps qu' j'étais écoyier ;
    J'ai pâs pu t'ni' en équilib'e
    Dans eun'plac', dans un atéyier,
    Dans un burieau... ben qu'on n'y foute
    Pâs grand chous' de tout' la journée...
    J'ai enfilé la mauvais' route!
    Moué ! j'sés un gâs qu'a mal tourné !

    A c'tt' heur', tous mes copains d'école,
    Les ceuss' qu'appernin l'A B C
    Et qu'écoutin les bounn's paroles,
    l's sont casés, et ben casés !
    Gn'en a qui sont clercs de notaire,
    D'aut's qui sont commis épiciers,
    D'aut's qu'a les protections du maire
    Pour avouèr un post' d'empléyé...
    Ça s'léss' viv' coumm' moutons en plaine,
    Ça sait compter, pas raisounner !
    J'pense queuqu'foués... et ça m'fait d'la peine
    Moué ! j'sés un gâs qu'a mal tourné !

    Et pus tard, quand qu'i's s'ront en âge,
    Leu' barbe v'nu, leu' temps fini,
    l's vouéront à s'mett'e en ménage ;
    l's s'appont'ront un bon p'tit nid
    Oùsque vienra nicher l' ben-êt'e
    Avec eun' femm'... devant la Loué !
    Ça douét êt' bon d'la femme hounnête :
    Gn'a qu'les putains qui veul'nt ben d'moué.
    Et ça s'comprend, moué, j'ai pas d'rentes,
    Parsounn' n'a eun' dot à m'dounner,
    J'ai pas un méquier dont qu'on s'vante...
    Moué ! j'sés un gâs qu'a mal tourné !

    l's s'ront ben vus par tout l'village,
    Pasqu'i's gangn'ront pas mal d'argent
    A fér des p'tits tripatrouillages
    Au préjudic' des pauv'ers gens
    Ou ben à licher les darrières
    Des grouss'es légum's, des hauts placés.
    Et quand, qu'à la fin d'leu carrière,
    l's vouérront qu'i's ont ben assez
    Volé, liché pour pus ren n'fére,
    Tous les lichés, tous les ruinés
    Diront qu'i's ont fait leu's affères...
    Moué ! j's'rai un gâs qu'a mal tourné !

    C'est égal ! Si jamés je r'tourne
    Un joure r'prend' l'air du pat'lin
    Ousqu'à mon sujet les langu's tournent
    Qu'ça en est comm' des rou's d'moulin,
    Eh ben ! I' faura que j'leu dise
    Aux gâs r'tirés ou établis
    Qu'a pataugé dans la bêtise,
    La bassesse et la crapulerie
    Coumm' des vrais cochons qui pataugent,
    Faurâ qu' j'leu' dis' qu' j'ai pas mis l'nez
    Dans la pâté' sal' de leu-z-auge...
    Et qu'c'est pour ça qu'j'ai mal tourné !...


    Gaston Couté - Poète Solognot mort à 31 ans.

    Glossaire pour quelques mots du poème.

     

  • Les impensées quotidiennes sur Kiibook

    Rien à voir avec les maths ni l'enseignement, une fois n'est pas coutume...

    J'ai découvert sur Twitter via @EPN de Wallonie, l'adresse de Kiibook permettant de créer des livres artistiques. J'ai trouvé l'idée séduisante et j'ai utilisé ce site ainsi qu'un ancien texte que j'avais écrit pour faire la composition suivante. Le résultat me semble intéressant.

     

    les impensées quotidiennes

  • A ceux qui blâment les mathématiques

    C'est un Poème de Jacques Peletier du Mans, mathématicien et poète humaniste français (1517,1582), que l'on retrouvera, avec d'autres poèmes sur les mathématiques, dont certains très originaux, dans le livre "Quand les poètes chantent la science" de Michel Toyer.

    (Bizarre... l'article de Wikipédia met deux "l" à son nom...)